10 jours pour partir aux USA

Début janvier, j’ai décidé de partir aux USA pour quelques semaines. Entre le jour de l’achat du billet d’avion et le départ, il s’est écoulé dix jours seulement. Dix jours pendant lesquels il a fallu tout organiser, vérifier et planifier. Voici comment je m’y suis prise pour partir aux USA en dix jours.

  1. Le passeport
  2. L’argent
  3. Le formulaire ESTA
  4. Trouver le bon vol
  5. Les démarches administratives
  6. L’hébergement
  7. Faire sa valise
  8. Le nécessaire pour voyager
  9. Le départ
  10. Le voyage, l’arrivée et le décalage horaire

 

1. Le passeport

Avant toute chose, assurez-vous d’avoir un passeport en cours de validité, valable durant toute la durée du voyage. Attention aux délais de fabrication, qui peuvent s’allonger en période de vacances scolaires. Valable 10 ans, il vous en coûtera 86 € et sera à faire en mairie en général. Retrouvez tout ce que vous devez savoir pour faire un passeport ici.

J’avais fait faire le mien plusieurs mois auparavant, sachant que j’en aurais besoin dans l’année.

2. L’argent

LE problème. LE nerf de la guerre. On imagine souvent que traverser l’Atlantique coûte une fortune. Finalement, pas tant que ça. Avec un peu de jugeote et quelques maigres sacrifices, on peut s’en sortir tout à fait raisonnablement. Exit les options superflues, on voyage léger et cheap !

C’est ce qui m’a fait partir si rapidement d’ailleurs. Les prix évoluent de façon impressionnante et la deuxième quinzaine de janvier était moins chère que les mois de février ou mars. La solution la plus économique pour moi a donc été :

  • Prendre le train de Belfort à Paris – Charles de Gaulle
  • Prendre un avion de Paris à Londres
  • Puis un avion de Londres à Los Angeles

Avec la carte jeune de la SNCF, le voyage en train m’a coûté 30 € (TGV direct jusqu’à CDG). Ensuite, j’ai choisi de prendre mes deux billets d’avion avec la même compagnie, que je connais bien : British Airways. Air France était également une option mais beaucoup plus chère. Au final, le trajet retour sera identique à l’aller et le voyage complet (train + avion) m’aura coûté 725 €. C’est une somme, mais on est encore loin du millier d’euros attendu.

Pensez à en parler autour de vous aussi. J’ai économisé l’argent reçu à Noël et à mon anniversaire pour voyager. J’ai aussi eu la superbe surprise de recevoir de l’argent d’autres membres de ma famille qui ont fait une cagnotte sur Le Pot Commun. Le crowdfunding peut aussi servir à vous évader !

3. Le formulaire ESTA

Pour voyager aux USA, il n’y a pas que le visa, cher et compliqué à obtenir ! Il y a aussi l’ESTA. C’est un formulaire à remplir en ligne, qui coûte 14 $,  qui est accessible aux ressortissants de certains pays seulement ayant des accords avec les Etats-Unis. Il permet de voyager autant de fois que l’on veut aux USA pendant deux ans, pour une durée maximale de 90 jours à chaque fois. Vous devez être en sa possession pour entrer sur le territoire américain. Pensez à imprimer le récapitulatif de votre demande, il n’y a pas de certificat officiel à présenter. Il faut être en possession de son passeport et du numéro de demande ESTA. En général l’autorisation vous est accordée immédiatement, elle peut aussi prendre jusqu’à 72h dans certains cas. Le site à consulter pour le formulaire ESTA est ici.

4. Trouver le bon vol

Alors ça, c’est un casse tête ! Je n’ai pas trouvé de solution miracle, il faut croiser les informations des comparateurs de vol jusqu’à trouver la meilleure option. Skyscanner, Google Flights ou Kayak sont de bonnes plateformes. Pour éviter les hausses de prix incongrues, supprimez régulièrement les cookies de votre navigateur ou faites vos recherches en navigation privée. Pensez aux vols avec correspondances, parfois moins chers et finalement pas si compliqués que ça, ou aux connexions par train. Même si j’habite près de Bâle, cela me revenait moins cher de prendre un train jusqu’à Paris-Charles de Gaulle puis un vol avec correspondance à Londres. Au final, c’était 24h de voyage porte à porte.

Pour les vols British Airways, le check-in se fait 24h avant le départ du premier avion. J’ai donc pu choisir ma place la veille du départ. Pensez à jeter un oeil au site SeatGuru qui vous informe sur les meilleures places à prendre sur votre vol.

5. Les démarches administratives

Prenez le temps de passer un coup de fil à votre assurance, votre mutuelle et votre banquier. C’est toujours bon d’avoir sur soi le numéro à appeler en cas de problème de santé, ou d’être sûr de pouvoir payer avec sa carte à l’étranger.

6. L’hébergement

Il n’y a pas que l’hôtel all inclusive et hors de prix dans la vie. Pensez à Airbnb, au couchsurfing, aux offres Groupon, aux offres dernière minute. Mobilisez votre réseau ! On est en 2016 ! Vous connaissez forcément quelqu’un qui connaît quelqu’un qui peut vous aider, voire même vous héberger. Comme pour les vols, avec un peu de jugeote et quelques sacrifices on peut s’en sortir.

7. Faire sa valise

Rien de bien sorcier, mais il y a quand même quelques règles à respecter :

  • Les éléments lourds (chaussures notamment) doivent être au fond de la valise, près du sol.
  • Emballez les liquides (gels douche, shampoings) dans un sac plastique, on n’est jamais trop prudent.
  • Privilégiez les valises avec clés TSA. C’est une serrure à côté de la fermeture à code, qui permet aux douaniers d’ouvrir la valise sans avoir à détruire votre bagage.
  • Pensez à garder de la place pour les souvenirs au retour.
  • Mettez une étiquette sur votre valise avec votre adresse de vacances ET votre adresse à la maison. Elle permettra à la compagnie de vous acheminer le bagage s’il venait à se perdre, mais vous permettra aussi de reconnaître votre valise sur le carrousel.
  • Placez un papier avec votre adresse de vacances et votre adresse à la maison à l’intérieur de la valise également. Si l’étiquette à l’extérieur venait à se détacher, on pourra quand même vous rapporter vos affaires.
  • On ne peut malheureusement pas tout apporter aux USA. Si vous rendez visite à des amis et que vous voulez les gâter, oubliez le saucisson et les fromages coulants. Le comté passe sans problème. Faites-le mettre sous vide avec le ticket de caisse à l’intérieur. Les conserves de pâté et foie gras sont autorisées, si elles sont de fabrication industrielle, hermétiquement fermées dans un pot en verre ou en métal et si elles ne contiennent pas de bœuf. Pour l’alcool, c’est 1L maximum par personne de plus de 21 ans. Là aussi, oubliez la mirabelle maison du grand-père et partez plutôt pour de l’industriel. Lâchez-vous sur les biscuits, le chocolat et autres produits d’épicerie. Toutes les infos sur les produits que l’on peut importer aux USA sont ici.

8. Le nécessaire pour voyager

Les longs voyages, ça épuise. Vraiment. Alors, autant mettre toutes les chances de votre côté pour arriver le plus frais possible (ne rêvez pas trop non plus).

Pour commencer, gardez avec vous tout ce qui est fragile ou de grande valeur. PC, appareil photo et leurs chargeurs respectifs. Il y a des prises à disposition dans les aéroports. Une batterie de secours pour votre téléphone n’est pas une mauvaise idée non plus. Prenez de quoi vous occuper (écouteurs, livre, etc.) et de quoi vous isoler (masque pour dormir et boules quiès).

Gardez avec vous le minimum fraîcheur : lingettes démaquillantes, déodorant, brosse à dents et dentifrice. Paquet de mouchoirs, crème hydratante et stick à lèvres sont aussi nécessaires. L’air dans les avions est ultra-sec ! Prenez une bouteille d’eau à vider avant de passer les contrôles sécurité et de quoi grignoter au cas où, ainsi que des sous-vêtements de rechange. Hé oui il arrive que les valises se perdent, alors gardez avec vous un minimum d’affaires pour passer la nuit.

D’un point de vue vestimentaire, oubliez le chic et le glamour, place au pratique et confortable ! Le combo T-shirt + jean + sweat + baskets fonctionne toujours. Ajoutez une écharpe pour vous réchauffer, servir de couverture ou d’oreiller. Avoir une paire de grosses chaussettes et un jogging pour être à l’aise pendant le vol s’avèrent bien utiles également.

Enfin, gardez avec vous une copie papier de vos documents : carte d’embarquement, photocopie du passeport, du permis de conduire, des numéros d’urgence et de l’adresse de votre point de chute. Elle vous sera demandée pendant le vol.

9. Le départ

La veille du départ, prenez un repas léger, pas besoin d’avoir à digérer une raclette pendant le voyage. Essayez de dormir un peu. Personnellement j’ai beaucoup de mal à dormir les veilles de voyage donc j’ai au moins essayé de me détendre. Refaites le tour de tous vos papiers avant d’aller vous coucher. C’est rassurant et ça évite d’oublier un passeport parce qu’on est mal réveillé.

Prenez de l’avance, ne vous pressez pas. Il n’y a rien de pire un jour de départ que de devoir courir dans tous les sens. Tachez d’avoir un peu de cash sur vous, histoire de prendre un café pour patienter dans l’aéroport.

10. Le voyage, l’arrivée et de décalage horaire

Ca va être long. Très long ! Pour moi, la première partie du voyage est passée assez vite puisque j’avais des correspondances. J’avais beaucoup de choses à faire et le temps pour les faire : trouver la porte d’embarquement, enregistrer les bagages, passer la sécurité, prendre un café, regarder les boutiques du duty-free, chercher une prise pour recharger mon téléphone, etc.

Par contre, le voyage de Londres à Los Angeles a traîné en longueur. 10 heures de vol, c’est très long. J’ai dormi, lu, regardé un film, mangé, dormi, regardé un autre film, discuté avec mon voisin, regardé les nuages, dormi encore, etc. Les six premières heures sont passées assez facilement, mais les quatre dernières ont été assez difficiles. Petit point nourriture : c’est mangeable, pas extra, mais ça nourrit, et très salé à mon goût. J’ai été très peu conquise par les viandes qu’on nous a servi et j’ai eu du mal à les digérer. Je pense donc que pour le retour je demanderai un menu végétarien.

Dans la dernière heure de vol, on vous distribuera un petit papier bleu, destiné aux douanes. Soyez honnêtes, déclarez les produits que vous importez et leur valeur approximative. De mon point de vue, je préfère tout déclarer, avoir une vérification lors du passage de la douane et perdre 15 € de fromage plutôt que de subir un interrogatoire de deux heures !

A l’atterrissage, prenez votre temps ! L’avion est gros, il y a du monde et tout le monde veut sortir. Il vaut mieux attendre un peu sur son siège qu’essayer de sortir à tout prix. Malheureusement, le voyage n’est pas terminé et il vous faudra encore vous armer de patience.

Une fois dans l’aéroport, vous allez passer à 3 endroits différents : l’immigration, les bagages et les douanes.

Pour l’immigration, j’ai attendu plus d’une heure, on nous a changé trois fois de file. Il y a des files différentes pour les ressortissants américains ou canadiens, les possesseurs d’une carte verte, ceux qui ont un visa, ceux qui ont un formulaire ESTA qui sont déjà venus aux USA, ceux qui ont un formulaire ESTA mais pour qui c’est la première fois qu’ils viennent aux USA. Si vous êtes déjà venu aux USA avec un formulaire ESTA, il me semble que vous pouvez passer aux bornes automatiques à l’immigration. Bref, après une heure d’attente, j’ai donné mon passeport, mon ESTA, mon papier bleu pour les douanes, mes empreintes digitales et on m’a pris en photo. Une fois que tout est fait, on passe aux bagages.

Ils annoncent souvent dans l’avion sur quel carrousel aller chercher ses bagages, dans tous les cas, c’est affiché sur des écrans et les employés de l’aéroport peuvent vous donner un coup de main. Une fois que vous avez retrouvé votre précieuse valise, il est temps d’aller passer les douanes.

Pour ma part, c’est allé très vite ! Pas de queue et pas de contrôle de la valise. Néanmoins, il est très fréquent que des contrôles de bagages aient lieu. Soyez fairplay et patients, restez bien derrière les lignes jaunes, attendez votre tour et tout devrait bien se passer.

Ne reste plus qu’à aller vous reposer et à prendre une bonne douche ! Essayez de vous mettre tout de suite dans le bon rythme. Le décalage horaire est un moment difficile à passer. Il m’a fallu une semaine pour m’en remettre, dont une “nuit” de 15h à 5h du matin.

Voila, le plus dur est passé. Welcome to the USA !

1 thought on “10 jours pour partir aux USA”

Leave a comment