3 youtubeurs au musée du Louvre

Comme développé dans mon article sur la stratégie digitale du Louvre, le premier musée du monde a récemment mis en place trois collaborations avec des vidéastes francophones : Nota Bene, Axolot et Le Fossoyeur De Films. Ces collaborations s’inscrivent dans une re-dynamisation de la chaîne Youtube du musée et dans une proposition de contenu vidéo qui s’adresse à un public plus large.

Depuis le mois de février 2016, le musée du Louvre a publié trois vidéos en collaboration avec des vidéastes français sur Youtube, sur des sujets divers touchant tant au Louvre lui-même et à son histoire qu’aux œuvres qu’on y trouve. Pour mieux comprendre pourquoi et comment ces collaborations ont été mises en place, j’ai exploré différentes pistes.

Les 18-25 ans visitent moins le musée que leur aînés

D’après le rapport d’activité du musée en 2014, les moins de 25 ans représentent un tiers des visiteurs.

EXE_RA Louvre_2014_INT.indd (1)

Source : http://www.louvre.fr/sites/default/files/medias/medias_fichiers/fichiers/pdf/louvre-rapport-d-activites-2014.pdf

EXE_RA Louvre_2014_INT.indd (2)

Source : http://www.louvre.fr/sites/default/files/medias/medias_fichiers/fichiers/pdf/louvre-rapport-d-activites-2014.pdf

Sur 7 743 000 visiteurs en 2014, 1 857 000 sont français. En croisant grossièrement ces informations, on peut estimer que les moins de 25 ans français représentent 9,5 % des visiteurs du Louvre est finalement bien en deçà de la proportion de moins de 25 ans en France, qui s’élève pour l’année 2014 à 31 %.

Le Louvre a donc un potentiel de croissance intéressant en ce qui concerne les jeunes visiteurs.

Youtube, 2ème réseau social pour les moins de 25 ans

En 2015, 97 % des internautes de moins de 25 ans étaient inscrits sur au moins un réseau social. Dans le palmarès des réseaux sociaux préférés des moins de 25 ans, Youtube arrive en seconde position après Facebook et devant Google+, Twitter, Snapchat et Instagram. Youtube est donc une plateforme essentielle pour l’image du Louvre auprès des jeunes visiteurs.

Une chaîne Youtube en perte de vitesse face aux autres profiles du musée sur les réseaux sociaux

La chaîne Youtube du musée du Louvre a été créée au tout début de la plateforme vidéo, en 2006. Pour autant, ce média est moins exploité que les autres. Les vidéos y sont postées de façon sporadique, en fonction des actualités et événements du musée, ou selon l’avancement des restaurations des œuvres majeures du Louvre. Avec un peu plus de 7 000 abonnés début 2016, la chaîne se place en deçà des autres réseaux sociaux exploités par le musée.

 

louvre-stats-réseaux-sociaux-2016-redim

Note : depuis la publication des vidéos en collaboration avec les trois youtubeurs, la chaîne a très rapidement gagné des abonnés ; elle en compte désormais 13 000 à l’heure où j’écris ces lignes, comme vu dans l’infographie ci-dessus.

Au vu des ces informations, on comprend pourquoi le Louvre a tenu à donner un coup de fouet à sa chaîne Youtube. Et quoi de mieux qu’une collaboration avec un youtubeur reconnu ? Trois collaborations !

Le choix des vidéastes

Youtube regorge de vidéastes français de talent, dans tous les domaines, dont la culture et l’art. Parmi les nombreuses possibilités, le musée du Louvre a fait le choix de travailler avec Nota Bene, Axolot et Le Fossoyeur De Films et ce, pour différentes raisons détaillées ci-dessous.

Nota Bene : des histoires à l’Histoire

La chaîne Nota Bene est axée sur l’Histoire au sens large du terme. Les thèmes abordés y sont très variés, de la médecine à travers les âges aux mythes et légendes de notre quotidien. Benjamin, dit Bénabarbe (on comprend vite pourquoi), s’adresse autant aux adultes amateurs qu’aux enfants curieux à travers plusieurs émissions.

Dans le panorama des vidéastes français qui parlent d’histoire sur Youtube, il est celui qui a d’une part, le plus d’abonnés, et d’autre part, un format adapté à une mise en avant du musée du Louvre.

En collaboration avec le Louvre, Nota Bene a donc réalisé deux vidéos : l’une sur son compte, l’autre sur le compte du musée.

La première aborde 4 expéditions qui ont permis au Louvre de considérablement agrandir sa collection d’œuvres d’art et d’archéologie. Benjamin permet ainsi de mettre en lumière non pas les artistes, mais les grands découvreurs qui nous ont ramené des objets inestimables des quatre coins du monde.

La seconde vidéo, sur le compte du Louvre cette fois-ci, permet de découvrir l’histoire du bâtiment du Louvre. Autrefois un château fort, le bâtiment aura connu de nombreuses fonctions et personnages historiques.

La collaboration entre le musée du Louvre et Nota Bene ont été très bien accueillies par le public, qui en redemande. Le musée a d’ailleurs annoncé que des prochaines collaborations étaient prévues. Affaire à suivre.

Axolot, l’étonnement avant tout

Axolot, c’est avant tout un blog, alimenté depuis plusieurs années par Patrick Baud, qui s’attache a faire découvrir à ses lecteurs des curiosités scientifiques, historiques ou mystérieuses. La chaîne Axolot regroupe essentiellement deux émissions différentes, l’une abordant, comme le blog, des sujets très divers, et l’autre nous emmenant découvrir des lieux insolites dans les capitales du monde.

Axolot est un peu un ovni. Je ne connais pas d’autre chaîne parlant de sujets aussi divers, mais surtout avec explications si claires et une passion pour l’étrangeté de chaque sujet traité. Sur un format de 10 à 15 minutes, les émissions Axolot constituent un parfait format pour aborder les curiosités du Louvre, dans une première vidéo présente sur la chaîne.

Patrick y présente des œuvres devant lesquelles on passe parfois sans se rendre compte de leur caractère extraordinaire et qui présentent de grandes singularités.

La seconde vidéo, présente sur la chaîne du musée du Louvre, aborde cette fois-ci les œuvres méconnues du grand public, et qui mériteraient qu’on passe un peu plus de temps à les observer.

Le Louvre a pour sûr des centaines de curiosités qui ne demandent qu’à être mises en avant. On espère que Patrick Baud collaborera à nouveau avec le musée pour nous offrir des contenus toujours de grande qualité.

Le Fossoyeur De Films, le Louvre fait son cinéma !

Le Fossoyeur De Films est une des nombreuses chaînes Youtube françaises qui traitent de cinéma. Sa particularité : une analyse toujours très fine et documentée faite par son hôte François Theurel, passionné de cinéma. Il nous offre dans plusieurs formats d’émission des critiques de films, des analyses ou des interviews. La diversité des formats proposés par François a sans doute permis au Louvre de trouver sa place sur cette chaîne. Aborder le célèbre musée par l’angle du cinéma est un beau pari (réussi !).

La première vidéo en collaboration avec le Louvre se trouve sur la chaîne du Fossoyeur De Films. Elle traite des apparitions du musée dans le cinéma.

La seconde vidéo aborde le lien qui unit l’art de la peinture au cinéma et ce qu’elle y représente.

Là encore, l’accueil a été plus que positif, autant pour les abonnés à la chaîne du Fossoyeur, que pour le public du musée. Les liens unissant l’art et le cinéma étant très nombreux, on espère que de nouvelles vidéos comme celles-ci verront bientôt le jour.

Bilan

Si l’objectif du musée était de donner un coup de pouce à sa chaîne Youtube, le pari est réussi ! D’après Socialblader, sur le dernier mois, la chaîne a doublé son nombre d’abonnés, tout simplement. Ces trois collaborations, en plus d’être de grande qualité, pertinentes et bien accueillies par le public, ont donc atteint leur objectif. En espérant que de telles partenariats continuent, le Louvre s’est offert une très belle vitrine sur le deuxième réseau social des moins de 25 ans. Il reste maintenant au Louvre à voir si ces partenariats ont conduit davantage de français de moins de 25 ans à venir visiter le musée.

Leave a comment